Le yuan chinois fait-­il monter le cours du bitcoin ?

Diverses spéculations soutiennent que la dévaluation du yuan fait grimper le prix du bitcoin. Nous avons cependant du mal à croire que cela se résume à la dynamique simpliste de l’offre et de la demande. Weipin, l’un des développeurs de Bity, a partagé avec l'équipe ses réflexions et le point de vue qu'il a depuis la Chine. Nous avons décidé de publier ses réflexions car elles permettent de comprendre ces questions complexes et apportent un regard critique au débat.

[Read this opinion piece in English]

D'après le New York Times :

Le bitcoin est « à la fois une nouvelle forme de monnaie numérique et un réseau financier atypique. »

Selon une analyse menée par Chainalysis pour le New York Times, 42 % des transactions en bitcoin réalisées de janvier à juin 2016 transitent par des marchés financiers chinois. D’après ce qui se dit, les Chinois utilisent le bitcoin pour échapper au contrôle des capitaux. Mais cela reste une spéculation parmi tant d’autres : sur les 700 milliards de dollars US ayant quitté la Chine en 2015, les ventes de crypto­monnaies ne représentent qu’une toute petite partie.

Le schéma simplifié des flux du bitcoin en provenance de la Chine de janvier à juin 2016. La majorité des bitcoins fraîchement minés circulent sur les marchés financiers chinois, où ils peuvent être échangés contre des yuans. Une infime partie des bitcoins sert à acheter ou vendre des produits ou des services (le flux « Portefeuilles » correspond aux porte­feuilles bitcoin détenus par des particuliers). Données adaptées de Chainalysis pour le New York Times. Le schéma simplifié des flux du bitcoin en provenance de la Chine de janvier à juin 2016. La majorité des bitcoins fraîchement minés circulent sur les marchés financiers chinois, où ils peuvent être échangés contre des yuans. Une infime partie des bitcoins sert à acheter ou vendre des produits ou des services (le flux « Portefeuilles » correspond aux porte­feuilles bitcoin détenus par des particuliers). Données adaptées de Chainalysis pour le New York Times.

La dévaluation de la monnaie nationale chinoise a suscité des discussions animées quant à l’impact de cette perte de valeur sur le prix du bitcoin. Mais pouvons-­nous vraiment associer sans l’ombre d’un doute les fluctuations du prix du bitcoin à des indicateurs macro­économiques ? Ce serait erroné de penser que des événements simultanés démontrent de la causalité. Prenons l’exemple de la dévaluation la plus importante connue du yuan (CNY) en août 2015 : le cour BTC-CNY a atteint le plus bas niveau observé durant ces dernières années, et il a fallu plusieurs mois avant que le prix du bitcoin ne connaisse une hausse spectaculaire. Donc, si les Chinois achetaient des bitcoins en réaction à la dévaluation du yuan, faisant ainsi augmenter le cours BTC-CNY, pourquoi cela ne s’est-­il pas produit en août 2015 ?

J’irais même jusqu’à dire que les dévaluations du yuan ont eu un effet négligeable sur la hausse du prix du bitcoin en juin 2016. Avant de vous expliquer le pourquoi de ces doutes, prenons les faits suivants :

  • Le cours du yuan baisse par rapport au cours du dollar US. La Chine a « étalonné » sa monnaie sur le dollar (cet article explique les détails), donc le taux de change USD-CNY reste fixe. En Chine, posséder des dollars relève du bon sens : cela permet de garder un certain pouvoir d’achat.

  • Vous vous demandez peut­-être ce qu’est ce « contrôle des capitaux » qui fait les gros titres. Dans notre contexte, cela correspond à un quota de 50 000 dollars US par citoyen et par an. Cette somme correspond au montant total des yuans que l’on peut convertir en devise fiat étrangère. Aujourd’hui, on peut demander à n’importe quelle banque chinoise de convertir des yuans en dollars US (ou vice et versa), dans la mesure où cette limite est respectée. En outre, tant que le destinataire n’est pas une entreprise, on peut envoyer des dollars US vers un compte en banque hébergé à l’étranger en toute légalité. Rien de plus simple que de convertir son argent : je peux le faire moi-même avec l’application mobile de ma banque, et personne ne me demandera de me justifier de quoi que ce soit.

Compte tenu de ces faits, ainsi que du lien entre le bitcoin et le yuan, deux scénarios semblent plausibles :

  1. Le bitcoin peut servir à échapper aux contrôles de capitaux (donc dépasser la limite de 50 000 dollars US), et

  2. Le bitcoin est une valeur refuge et il est donc raisonnable de l'utiliser pour mettre de l’argent de côté.

Le bitcoin permet-­il d’échapper aux contrôles des capitaux en Chine ?

Pour certaines personnes, les 50 000 dollars US annuels ne sont pas suffisants (même si cela me semble énorme personnellement !). Sans parler du fait que l’objectif premier de ces personnes est de faire sortir de l’argent du pays.

Mais le bitcoin est loin d’être le seul moyen de faire sortir des capitaux du pays ; et ces moyens alternatifs sont parfois culottés. Par exemple, vous avez peut­être entendu parler de la personne qui a utilisé plus de 800 fois sa carte de crédit chez un assureur de Hong Kong, pour acheter l'équivalent de 28 millions de dollars HK (3,6 millions de dollars US) en contrats d’assurance.

Par conséquent, en réfléchissant au scénario selon lequel le bitcoin est utilisé pour sortir des capitaux de Chine, j’en suis venu à me poser trois questions. Celles-ci rendent le raisonnement qui sous-tend ce scénario plus que discutable.

Pour commencer, les principales bourses en activité en Chine sont des entités juridiques : elles sont régulées par les autorités. Et les bourses sont incitées à réguler les transactions, comme dans le cas de l’incident de Yishidun l’an dernier, quand une société commerciale financée par des fonds étrangers a fait l’objet d’une enquête pour manipulation du marché. BTCC, l’une des principales bourses bitcoin en Chine, « a demandé d’où venait l’argent de Yishidun » et a immédiatement signalé la situation aux autorités. Comment des sociétés opérant en Chine et régulées par les autorités peuvent-­elles échapper aux contrôles des capitaux ? (Et si jamais vous envisagiez d’utiliser votre carte à Hong Kong pour acheter des polices d'assurances, sachez que cette tactique a été interdite entre-temps.)

Bon, donc vous achetez sur les marchés chinois pour revendre sur des marchés étrangers. Comment cela peut­-il faire monter le prix du bitcoin ? Il serait plus logique de penser qu’une activité de ce genre va faire croître les prix sur les marchés chinois et les faire baisser sur les marchés étrangers. De plus, les traders parviendraient à faire revenir tous ces prix à leur niveau d’origine.

S’il y a une chose mentionnée par la plupart des médias avec laquelle nous sommes d’accord, c’est bien l’importance du minage de bitcoins en Chine. Ce graphique représente la répartition du minage dans le monde selon BitcoinChain.org, et montre que durant le mois dernier, les « fermes » chinoises dédiées au minage de bitcoins représentent près de 70 % des nouveaux bitcoins produits. Note : nous avons arrondi les pourcentages, c’est pourquoi nous n’atteignons pas tout à fait à 100 en les additionnant. S’il y a une chose mentionnée par la plupart des médias avec laquelle nous sommes d’accord, c’est bien l’importance du minage de bitcoins en Chine. Ce graphique représente la répartition du minage dans le monde selon BitcoinChain.org, et montre que durant le mois dernier, les « fermes » chinoises dédiées au minage de bitcoins représentent près de 70 % des nouveaux bitcoins produits. Note : nous avons arrondi les pourcentages, c’est pourquoi nous n’atteignons pas tout à fait à 100 en les additionnant.

Le dernier point qui m’embête, c’est qu’on ne sait pas si c’est si pratique que cela de récupérer les liquidités fiat (le cash out). Il était difficile ne serait-ce que d’ouvrir un compte en banque quand on était une bourse de crypto­monnaies. Aujourd’hui, disons que vous disposez d’une bonne somme (plus de 50 000 dollars US de toute évidence) sur votre/vos compte(s) à l’étranger : pourrez-vous retirer vos dollars US ou vos euros sans que l’origine de vos fonds ne soit vérifiée ? En prenant comme base de comparaison le processus de vérification de l’identité client en vigueur chez Bity, je dirais que cette option serait difficile à mettre en œuvre, à la différence de ce qui est dit dans bon nombre d’articles de presse.

Le bitcoin serait-­il une valeur refuge ?

Ce scénario a du sens quand on sait que les banques centrales du monde entier ont été tout sauf exemplaires au cours des dernières années. Mais l’or n’est-­il pas également une valeur refuge ?

Dans ce cas, le bitcoin et l’or deviennent une assurance et non un investissement. L’or me semble être une option plus fiable, puisqu’il permet d’éviter les problèmes que posent les « fermes » de minage centralisées, la cotation et l’horrible éventualité d’un accès à Internet interdit (salut à toi, Grand Pare­feu de Chine !).

Pour les personnes ne vivant pas en Chine, il existe plusieurs manières fiables d’acquérir de l’or. En Chine, ce sont les banques qui proposent ces solutions, et on peut également acheter de l’or à la Bourse de Shanghai. C’est très simple, on peut le faire avec l’application mobile de notre banque. Pas besoin d’aller chercher votre or : vous pouvez tout simplement demander à votre banque de le stocker dans un coffre. Si l’envie vous prend de le revendre, une banque ou un vendeur vous le rachètera. Les frais de transactions sont proches de zéro, et il n’y a pas de frais de stockage (du moins pour l’instant !).

La Bourse de Exchange a publié un manuel d'investissement et spéculation avec l’or destiné aux gens qui on n’y connaissent pas grand-chose (comme moi). Je n’ai pas les mots pour dire à quel point ce manuel est impressionnant : un beau PDF bien écrit émanant... d’une entreprise d’Etat. Rien à voir avec un affreux document Word. En 20 pages bien ficelées, le manuel revient sur l’histoire de l’or, explique comment fonctionnent les systèmes monétaires reposant sur l’or qui ont eu cours en Chine, donne un cours accéléré d’économie, décrit les différentes manières de vendre de l’or et parvient limite à convaincre que si vous ne possédez pas d’or, vous avez raté votre vie.

Plus sérieusement, il est vrai que l’or et le bitcoin sont instables, il est donc logique de ne faire du bitcoin qu’un petit pourcentage de vos avoirs. Il serait péremptoire d’imaginer que les gens achètent des quantités astronomiques de bitcoins sans réfléchir et sans connaissance des risques. Donc, une fois de plus, aucun argument rationnel ne soutient l’idée que les dévaluations du yuan font augmenter le prix du bitcoin.

Et puis, la plupart des gens se fichent pas mal de savoir ce qui fait monter les prix : ils sont juste contents de savoir que le prix du bitcoin a atteint son niveau le plus élevé depuis deux ans ;-­)