Débuter avec le bitcoin : Qui est le créateur du bitcoin ?

Qui est Satoshi Nakamoto ? Pourquoi Craig Wright a-t-il tant voulu convaincre le monde d'être le créateur du bitcoin ? Audrey et Rayna vous relatent les rebondissements d'une histoire, dignes d'un thriller.

Si les mystères du bitcoin peuvent être élucidés rapidement à l’aide de quelques articles de vulgarisation, le secret autour de son créateur reste entier. Journalistes du monde entier comme enquêteurs amateurs, depuis la création du bitcoin en 2009, chacun joue les Sherlock Holmes pour tenter de le démasquer. Ce n'est pas une histoire de passe-temps favori : comme on le verra plus bas, savoir qui a la paternité du bitcoin peut être d'une importance capitale.

En 2015, le créateur du bitcoin a même été proposé à la nomination pour le Prix Nobel de l’économie. La nomination serait une reconnaissance pour une invention marquante du 21e siècle, dit le membre du jury l'ayant proposé, le professeur Bhagwan Chowdry. Cependant, en s'exprimant publiquement sur la nomination du créateur du bitcoin au Nobel d'économie, Chowdry pourrait avoir violé les règles officielles du prix. Le professeur s'est en effet révélé en tant que membre du jury, ce qui est interdit.

Et le créateur est... Satoshi Nakamoto

Les rebondissements ne cessent d’agiter la Toile. Tour à tour japonais, irlandais, australien, étudiant, ingénieur, la seule chose que l’on sait vraiment, c’est que l’on ne sait rien. L’illustre inconnu souhaite conserver l’anonymat.

Des magazines d’économie ou d’investigation ont régulièrement clamé avoir démasqué l’inventeur du bitcoin avant que ce dernier ne démentisse. En 2014, le magazine Newsweek était persuadé d’avoir percé le mystère à jour : Dorian Satoshi Nakamoto, un américain d’origine japonaise de 65 ans, serait sans doute possible le père du bitcoin. Plus récemment, le journaliste du New York Times Nathaniel Popper, fait part dans son livre « The Tale of Bitcoin » de sa certitude. Pour lui, l’inventeur anonyme du Bitcoin n’est autre que Nick Szabo, un développeur américain. Il a, lui aussi, rapidement démenti.

L'affaire Craig Wright

Plus étonnant, l’entrepreneur australien Craig Wright a, dans une déclaration solennelle, revendiqué la paternité du bitcoin le 2 mai 2016.

Des figures connues du monde du bitcoin, tel que l'un des chercheurs de la Bitcoin Foundation, ont soutenu cette revendication. Cette dernière a cependant rapidement été mise en doute par de nombreux journalistes et internautes. Sommé d’apporter des preuves irréfutables, Craig Wright a fini par supprimer l’intégralité du contenu de son blog pour n’y laisser qu’une nouvelle déclaration énigmatique. Dans cette dernière annonce, il explique avoir craqué face à la pression et les nombreuses accusations dont il est l’objet depuis qu’il s’est auto-proclamé créateur du bitcoin. Ni réel démenti, ni preuve irréfutable, le communiqué laisse le mystère entier.

Enfin, pour certains, s’il est si difficile de démasquer le créateur du bitcoin, c’est tout simplement parce qu’il n’y a pas un seul créateur mais un groupe de personnes dissimulé sous le patronyme de Satoshi Nakamoto.

Mais pourquoi tant vouloir être le créateur du bitcoin ?

La gloire, l'argent,... On peut beaucoup spéculer sur les raisons qui pousseraient des gens à vouloir se prévaloir d'avoir créé le bitcoin ?

La London Review of Books a publié, le 21 juin dernier, une très longue et détaillée investigation sur Craig Wright, l'Australien dont nous venons de parler. L'auteur et journaliste Andrew O’Hagan a passé 6 mois avec Wright pendant lesquels l'Australien a été au centre de la tempête médiatique autour de sa revendication. L'investigation explique les motivations financières très fortes qui sont derrière la soi-disant paternité de Wright.

O’Hagan explique que Wright a conclu un accord avantageux avec l'entreprise canadienne de paiements en pair-à-pair nTrust. Un ami de Wright a donc convaincu nTrust que Wright est Satoshi. Cette certitude a poussé nTrust à racheter les sociétés d'informatique de Wright, dont beaucoup ont été en liquidation, ainsi que les droits sur divers titres de propriété intellectuelle pour la somme de 15 millions de dollars US. Le tout a été opéré via une société nouvellement créée et appelée nCrypt. L'idée était de revendre ces titres et brevets après la révélation publique que Craig Wright est Satoshi Nakamoto. L'affaire ainsi rondement menée aurait rapporté dans le milliard de dollars US.

Comme on l'a déjà dit plus haut, Wright a lamentablement échoué d'apporter les preuves qu'il est le véritable créateur du bitcoin. D'après l'article d'O'Hagan, Wright aurait fait machine arrière par peur d'être sous les coups de la loi. Ainsi, Wright aurait eu peur d'être traîné en justice parce que des malfrats ont utilisé des bitcoins pour acheter des armes. Cette histoire s'est révélée fausse, elle aussi.

L'article parle en détails des déboires - réels, eux - que Wright a avec le fisc australien. En réalité, Wright n'a jamais payé les impôts sur ses gains réalisés grâce à ses avoirs en bitcoin. De plus, ses entreprises australiennes ont bénéficié de ristournes d'impôts à hauteur de 54 millions de dollars australiens au titre de crédits recherche et développement. Il s'agit de la plus grosse réduction jamais accordée en Australie dans le secteur des TIC.

L'article décrit encore plein d'incohérences et de contradictions. En somme, il ajoute une crédibilité certaine à l'idée que Wright a organisé une fraude à grande échelle : revendiquer la paternité du bitcoin comme moyen de se renflouer et d'échapper au fisc australien. D'après Reuters, Wright continue à étoffer son portefeuille de titres de propriété intellectuelle, donc on pourrait s'attendre à d'autres rebondissements.

Et quant au créateur du bitcoin, l’enquête n’est pas près de se clore !